Samedi 15 Avril 2006

Ce n'est pas rien d'être les enfants d'Arman Gazette n°2
English version on the  back  on the page (after the french version)

La Gazette A.R.M.A.N. DU SAMEDI 15 AVRIL 20061


Il disait: "nous sommes tous des artistes, sinon, il n'y aurait pas de public..."
C'est évident, quand on y pense...
En tout cas, c'est évident pour nous: la filiation porteuse de cet écho de la voix d'Arman.
Echo qui continue de se perpétuer depuis le 22 Octobre 2005, où il nous a quitté...
Désormais, cette voix nous porte à regarder du côté du ciel pour chercher en nous les résonances...
Et converser avec vous. Cette voix qui nous a bercé est devenue celle Lactée, puisque ce journal de bord est celui des enfants d'Arman.
C'est moi qui prend la parole parce que je suis la plus grande: je suis Marion Moreau, la fille ainée d'Arman qui vous écrit pour vous dire les "Trésors Cachés" de ce qu'il nous a lègué. Nous  sommes dépositaires du patrimoine d'esprit de ce grand artiste qui a marqué son temps en changeant définitivement le regard que chacun peut porter sur l'objet.
Il était un homme public: nous avons été habitués à le partager tout au long, avec vous...
Ce terrible aprés midi du 22 Octobre a signé le repos de ce colosse qui aimait tant la vie mais se battait contre ce que l'on nomme pudiquement une longue maladie. Il a mérité de se reposer et c'est notre tour de perpétuer la mémoire de cet artiste engagé qui nous a élevé dans cet état d'esprit:
"L'art est fait pour parler à tout le monde".
C'est ce que nous allons faire, parler à tout le monde pour le garder vivant...
Nous, c'est la suite Arman et la lignée qui transporte les mémoires de ce qu'il nous a appris depuis...toute notre vie, toute.

1
Nous allons commencer du début:
Ils se rencontrèrent en 195O
"Nous nous sommes élevés ensemble".
Arman, peintre et Eliane Radigue, musicienne.
C'est l'image et le son qui se rencontrent, il dira que c'est Eliane qui l'a "éduqué" dans la musique. Le premier cadeau musical qu'il lui fait, était d'une trés grande valeur: il n'y avait pas d'argent du tout à la maison, c'est un disque. Des musiques de Bach.
Interprêté par une fanfare!...


Ils n'avaient pas 50 ans à eux deux que déjà 3 enfants étaient là:

1 Marion, Anne et Yves sont tous niçois. Et c'était bien, le bord de mer: il allait pêcher du poisson la nuit pour nous nourrir le jour et aussi vendre le reste aux restaurants côtiers.
Nous avons appris sans questions métaphysiques à nous servir de ce qui est à portée de mains: les cadeaux de la vie.

C'est en 1968 qu'ils se séparent aprés une dure période à se disputer entre eux ce qu'ils appelaient le concept  de "la métaphore ascendante et celle descendante": leurs mots sont à la mesure du territoire qu'ils vibraient en commun: l'espace de création.
Cet espace là était notre quotidien, notre familier, le pain qui manquait parfois du chaque jour et la mesure des feux d'artifices qu'ils faisaient tout à fait littéralement du balcon sans prévenir les voisins !

Arman rencontre Corice Canton en août 1968.
C'est à cause de moi et de mon anniversaire: je voulais comme cadeau d'aller danser pour mes 17 ans. Nous sommes tous allés à la Siesta. Elle dansait sur un nénuphar.

1

Yasmine et Philippe agrandissent la famille et je deviens fée: celle marraine de Philippe pour veiller sur lui.

C'est en 1988 que Carole César croise la route d'Arman: il était très aimant, très...

1


La lignée directe fait la boucle avec un petit dernier: Yves que j'appelle le "petit Yves" même s'il me dépasse maintenant puisqu'il est né en 1989.
Mais c'est l'année de l'accident de route de Yves aussi... voilà il faut rendre à chacun etc...



Surtout quand on sait qu'il s'appelle Yves César Arman; pour les initiés, c'est tout un destin...

La lignée qui grandissait aussi des deux bords s'était pas mal perpétué en multiple du côté français de la vague. Ca, c'est à cause de Anne qui me suit de tout prés: aujourd'hui nos deux années de différence nous laissent la position staturaire d'ainées. Tous les autres ont l'âge de nos enfants! Mais c'est elle qui a perpétré la multiplication: avec 4 enfants dont les deux premières continuent avec 3 enfants pour l'une et 2 pour l'autre. Moi, j'ai choisi le trait décidé avec une et Yves est parti sans qu'on sache ce qu'il aurait fait aprés avoir mis au monde sa fille...

Je me trompe toujours dans les comptes mais cela fait 6 enfants, 6 petits enfants et 5 arrières petits enfants. Vous voyez, il n'y a pas d'inquiétude à avoir pour les mémoires à venir et  ce n'est pas fini!!!

1
Je ne peux pas omettre de vous présenter une fée marraine encore qui vient dans la famille d'élection, c'est Micheline, l'amie de toujours d'Arman: ils se sont connu quand ils étaient petits (moi je crois bien qu'il était amoureux d'elle, avant le début... Il faut dire qu'il a toujours aimé la beauté, on le sait...)





Arman vivait sur les deux continents et partageait sa vie des deux côtés de la vague; il avait toujours dit qu'il voulait être enterré là où il décèderait, "sans fleurs, ni couronnes"...

C'était clair. On ne pouvait pas tous prendre l'avion ou bien, il fallait trouver un sponsor et on avait pas le temps ni le courage qu'il faut.
Surtout qu'il fallait en affréter plusieurs: il y avait Vous... qui ne pouviez pas tous non  plus.

Alors on a décidé: on ferait le même jour, à la même heure et on chercherait le comment faire pour réussir aussi en France à se retrouver avec lui à New York.


1L'hôtel Lutétia, c'était sa maison parisienne, a bien voulu nous accueillir tous pour faire la voûte du recueillement.
Avec...coeur. Beaucoup.
On a mis son portrait peint par Andy Warhol pour faire corps, surtout pas de fleurs... Marc nous a fait la bande sonore avec les musiques préférés d'Arman quand il travaillait dans son atelier.
Marc, vous le connaissez. En plus d'être l'homme de ma vie, il était le bras droit d'Arman, c'est lui qui s'occupe de son oeuvre en Europe. Et c'est lui encore qui nous offre chaque jour une brassée d'Arman sur ce blog...
On a mis trois écrans pour le regarder vivre.. Merci Dominik Rimbault d'avoir rusher la nuit à nous monter le film et le voir nous parler...
Merci, Monsieur le Ministre Donnadieu de Vabres d'avoir été parmi nous et  aussi d'avoir choisi le silence  pour partager l'intimité du rituel que nous cherchions ensemble pour la route du chagrin...

1

Des mercis, il faudrait en faire une accumulation, tant et tant nous ont aidés jusqu'à ceux que l'on voit à peine et qui s'activent pour que tout se passe bien...

Et vous, solides... qui étiez là pour faire ce moment où Arman est devenu de la poussière d'étoiles...

Nous l'avons inventé ensemble ce rituel puisqu'il ne voulait pas de protocole. Mais aussi, INVENTER, c'est comme ça qu'il nous a élevé.

On a choisit de faire un SHOOTING COLOR AU DESSUS DE L'ATLANTIQUE...

Le SHOOTING COLOR, c'est Arman qui l'a créé. Il faut mettre le tube de peinture par terre; l'action consiste à prendre son élan pour lever la jambe et mettre le poids de tout son corps pour sortir la peinture avec la pression du pied, l'objet est peint par la retombée de l'archée de la peinture.

1

Tout le monde y est allé de tout son coeur et tout son corps en se tenant les mains pour l'équilibre. Il fallait une grande emjambée pour recouvrir le ciel...

C'était aussi pour rejoindre Yasmine et Philippe. Mais j'ai eu beau envoyer mail et fax, j'ai su que personne ne leur avait donné notre rendez vous secret: celui de la fratrie...
Alors, j'en profite tout de suite pour que ce soit bien clair.

Le "petit" Yves, lui, il a du prendre l'avion vers nous pour retrouver son père. Il a été interdit de l'approcher là-bas...
1



Madison, la fille de Yves, le premier fils, niçois, est restée bloquée dans la tourmente dévastatrice du cyclône qui dévastait la Floride. C'est dans sa tête de 18 ans qu'elle a fait pour être des deux bords de la vague à la fois et aussi dans son coeur... Il faut dire qu'elle sait faire depuis un bon bout de temps: elle était toute petite quand son papa à elle est parti en premier pour attendre le nôtre....

1



Anne a dit le texte de Ben..


Tita Reut, c'est la biographe officielle qu'Arman avait choisi, nous l'a raconté... C'était bien lui... Avec nous...
Et aussi Madame l'ambassadrice du Liban nous a remis  une médaille en hommage à l'homme de PAIX. On sait l'accumulation des tanks dans le béton pour signifier son engagement.
Vous, tout comme nous, en l'approchant, vous y étiez sensibilisés.

On a mis des petits carnets et plein de crayons de couleurs pour lui dire les choses comme on voulait et les petits enfants autour pour oser le trait; deux carnets ont disparu? C'est triste et au cas où, ce serait sympa si l'emprunteur voulait bien nous les rendre. C'est certainement à cause des gens célèbres et aussi pour les lire tranquillement, mais maintenant que c'est fait?


Ce qui va suivre, c'est à cause de tout ce monde qui nous a encouragé fort d'avoir pu être ensemble.
Alors, on continue!
La suite Arman est assurée chaque samedi pour continuer de faire le point par la gazette A.R.M.A.N.


It is not nothing to be Arman children




A.R.M.A.N. Gazette SATURDAY APRIL 15th 20061

He used to say "We are all artists, otherwise there would be no public"
It sounds obvious when you think. At least it's clear for us: the lineage carrying this echo from Arman's voice. An echo which continues to propagate since the 22nd of October when he left us.
From now this voice leads us to look towards the sky to listen to the echoing inside... and converse with you. This voice which cradled us has lead us to create this diary by Arman's children.
I am the one to talk because I am the oldest, Marion Moreau, Arman's first child, who's writing now to tell you the "Hidden treasures" of his legacy.  We are the repository of the spiritual inheritance of this great artist who marked his time and ours by definitely changing the viewpoint each of us has of an object.
He was a public man, we have been habituated to share him all along with you.
This terrible afternoon of October 22 signed the silence of this immense man who so loved life, and fought hard against his malignant disease. He deserved to rest and it is now our turn to perpetuate his memory: that of an artist activist who brought us up in the spirit that art is for talking to everyone. This is what we are going to do: talk to everybody and thus keep him alive.
We are the next generation and the lineage transporting the memories he taught us for... all of our lives, all...

1


Let's start from the beginning.
They met in the early fifties. They grew each other up. Arman painter and Eliane Radigue musician, where images meets sounds.
He would always say that it was her who gave him his musical education. The first present he gave her was a disk, Bach played by a brass band! A major investment considering they had no money at the time.


Their combined age was less than fifty and there we were already, three children:

1
Marion, Anne and Yves all born in Nice. And it was nice to be by the seaside: he would go and fish at night to feed us in the day and sell the rest of his fish to local restaurants.
We have learnt without any metaphysical complex to help ourselves to the freely accessible, gifts of nature.

They split in 1968 after a hard period of time disputing between the two what they called the concept of the "ascending versus descending metaphor". Their words were like the territories they vibrated together: a creation space.
This space was our daily familiar feeding, the bread sometimes missing in the everyday and the measure of the fireworks they were literally truly having on our balcony without warning the neighbours !

Arman meets Corice Canton in August 1968.
This is because of me and my birthday: I wanted to go dancing as a present for my 17th birthday. My father took us all to the Siesta. She was dancing on a lily.

1

The family got bigger with Yasmine and Philippe and I become a fairy: the godmother of Philippe to look after him.
In 1988 Carole Cesar comes across Arman's life: he was very loving, very...

1


The first generation of the lineage ends up with a little last one: Yves whom I call "le petit Yves", even though he's now taller than me since he was born in 1989.
But this is also the year that our first brother Yves had his road accident... Here one has to give back to everyone etc...



When you know that his name is Yves Cesar Arman, for those in the know it is some destiny...

The lineage which was growing on both side, had effectively multiplied on the French side of the wave. This is primarily through Anne who follows me closely in the lineage: today  our two years age difference leave us as the eldest. All the others have the same age as our children ! Anne perpetrated the multiplication with 4 children of which the eldest have continued with 3 children for one and 2 for the other. Me, I chose the decisive line with one child and Yves left us before we could know what he would have done after having given life to his daughter?

I always get the counts wrong but this makes 6 children, 6 grand children and 5 great grand children. As you can see, there is not much to worry about for future memories and it is not finished yet !!!

1

I cannot forget to present you a fairy god mother who is part of the elected family: Micheline, Arman's friend of all times: they met as they were young children (I believe he was in love with her, very early, before the beginning... One has to remember he always loved beauty, we know it...)




Arman lived on two continents spending his life on both side of the wave, he had always said he wanted to be buried where he would die, "without flowers nor wreath"...

Clearly, we could not all take the plane or we had to find a sponsor without the time nor the energy that this needed.
In addition we would have needed several planes: there was also You? who could not all join there either.

So we decided: we would gather together on the same day at the same time and strive to succeed being all with him also in New York.


1The Lutecia Hotel, his home in Paris,  kindly welcomed us with open doors and warmth to make a vault in contemplation. With heart... a lot.
We placed his portrait by Andy Warhol for his presence, and for sure no flowers... Marc prepared the sound track with Arman's favourite musical excerpts as he worked in his studio. Marc, you know him. In addition to be the man in my life, he was also Arman right hand man, taking care of Arman work in Europe. And it's him again who offers us each day a handful of Arman on this blog...

We placed three screens to have him live... Thanks to Dominik Rimbault to have worked the night through to edit the rushes and have him talk to us...
Thanks also to the Minister of Culture and Art, Mister Donnadieu de Vabres for his presence and support and also for his understanding and respect of our intimacy in this time of grief...

1


Thanks and Acknowledgments, it would need an accumulation of them, so many have helped and supported us actively to make every thing happen rightly...

And you all, stalwarts... who were there to attend this moment when Arman joined the star dust...

We invented a ritual together since he did not want any formal protocol.  But INVENTING is how he brought us up.

We chose to make a SHOOTING COLOR ABOVE THE ATLANTIC...
The SHOOTING COLOR, Arman created it. You have to put an open paint tube on the floor and the action consist in taking a run up to raise one leg and put all your weight landing your foot on the paint tube so that the paint shuts out. The object gets painted by the falling paint bow.



1


Everybody went for it with all of heart and body holding each other hands for balance. It needed a big footstep to cross the sky...

It was also meant to join Yasmine and Philippe. But I had sent mails and Fax in vain, I learnt latter that nobody gave them our secret rendez-vous:  the brotherhood one...
So, I'll make it very clear here.

The "petit" Yves, he had to take the plane to us to be with his father. Having been forbidden to see him there in New York...
1





Madison, the daughter of the first son, our brother in fish eating in Nice, Yves, was blocked by the remnants of the devastating hurricane in Florida. It is in her 18 year old head and also in her heart that she wrestled with being on both side of the wave... It should be said that she has known for a long time: she was very young when her own father left first to wait for our father...

1
Anne said the text from Ben...


Tita Reut -she's the official biographer Arman had chosen- told us about him... It was him... With us...
And also the Ambassador of Lebanon presented us with a medal to our father , as homage to a man of PEACE. We all know the accumulation of tanks in concrete that testifies his commitment.

Like us, you could'nt miss it when approaching him…


We placed small notebooks with colour pencils so that everyone could express him their feelings and the grand children were around to encourage and dare the first lines. Two of these books even disappeared? It's a shame and eventually it would be nice if they could find their way back to us.

What happens next  is the result of all the world that has encouraged us so strongly and help us join together.
So let's keep on!
The Arman suite is assured on every Saturday to continue the story through the A.R.M.A.N. gazette.

Commentaires
Anne I think what your doing is really great. And you know sometimes it's kind of hard to realize that Arman isn't here. I can remember back in September when I would speak with his Secretary, just trying to get him on the phone. And when I did get to speak to him, it would always ...how can I say this..." Shiawase na".. I dont want to translate.. but I know arman would understand...
But what I am getting at is that I am glad we and myself are not being ignored for who we are, and we all belong together as a family. Madison

La force d'Arman respirait ce jour là par tous les pores de vos peaux: déchirures silencieuses rimaient avec dire tout haut ce qu'il faut dire, avec les mots, avec le son et la musique, avec l'image, avec le mouvement, avec le coeur serré et immensement grand, avec l'espace du silence qui se faufilait entre chaque respiration pour rester en lien.
C'etait un moment plein, juste; merci de me l'avoir fait partager avec vous, famille qui m'est si chère.
Mimi

Vive la fratrie et la suite...De tout coeur avec vous et c'était dejà même avant j'y suis un peu pour quelque chose... Eliane

Ca c'est fait!!!
Pour que la mémoire perdure toujours, et pas que la notre,
Pour que cet homme important ne soit pas oublié mais découvert ou redécouvert...

Merci de permettre de laisser La Trace

La 1ère petite-enfant qui laisse un commentaire... Maéva