Samedi 20 Mai 2006

CAPTATION D'HERITAGE Gazette n°7

1






La Gazette A.R.M.A.N. du SAMEDI 20 MAI 2006
CAPTATION D'HERITAGE
English translation after the french text

Le 12 Mai, la France a rendu son premier hommage officiel à Arman.
Le contexte successoral officiel postule une organisation pour mettre en place l'évènement: en passer par l'héritière apparente.
Ce fut, semble-t-il, tumultueux: annulation, report, manque de moyens?
Mais nous avons sous les yeux le premier résultat d'un travail qui a dû obéir à la loi du moment: tant que le justice n'a pas statué, la veuve d'Arman serait toute puissante de manière unilatérale à décider de ce que l'on pourra voir.

Nous avons vu...
Vous allez voir, on a fait une photo, le tour sera vite fait.

L'héritage, on le sait, c'est la somme des biens acquis par voie de succession.
Le DROIT MORAL concernant l'oeuvre d'Arman fait partie des biens qui sont partis outre Atlantique.
La veuve d'Arman est considérée comme détentrice de ce bien tant que la justice n'a pas fait son chemin. On sait combien cela peut être long...
C'est pourquoi vous entendez parler de nous en dehors de ce blog.
Nous avons besoin d'aide pour traverser ce temps et que notre héritage culturel: le votre, le notre ne s'épuise pas à dépendre d'une volonté unique.
Et nous faisons tout notre possible pour sortir de cette dictature!
1Il nous reste l'inaliénable qu'il nous a légué: les détenteurs de l'héritage spirituel ne peuvent être dépossèdes tant qu'on les laisse s'exprimer.
Nous sommes vigilants à nous protéger de toute action qui viserait à nous empêcher de continuer de parler, avec vous...
Il n'y aura pas de captage de tout ce patrimoine d'idées que chacun détient dans sa singularité et que nous tentons de toutes nos forces de fédérer pour faire cette grande solidarité à défendre l'oeuvre.
Je peux vous dire ceci: je rencontre combien Arman et son oeuvre sont aimés.
Et je profite de l'occasion pour remercier tous ceux qui mettent la main à la pâte, ils se reconnaîtront...
Toutes les bonnes volontés sont utiles, les cathédrales furent construites à mains nues...
Votre soutien auprès de nous, par ce blog ne compte pas pour du beurre...
Continuez de vous mobiliser pour le faire connaître!

Alors je suis drôlement contente de pouvoir vous dire que le rendez-vous avec Monsieur le Ministre Donnedieu de Vabres est fixé le 9 Juin.
C'est un grand souffle qui prend son plein d'air pour lever le voile et réaliser ce qu'ARMAN VOULAIT.

Ce blog matérialise la succession qui ne sera pas capturée. Notre grande famille de sensibilité ne sera pas dépossédée de ce qu'il nous a légué: le vivant de sa pensée...
A Samedi prochain




Tita Reut est la biographe désignée par Arman; je lui ai demandé de bien vouloir partager avec nous quelque chose de ce qu'elle a...capté.
Pour vous offrir le téléphone direct des questions qui concernent le parcours du DAY AFTER dans l'oeuvre d' Arman.


1

Texte de Tita Reut
Dans la vision d'un grand artiste, chaque série est clarificatrice de l'ensemble de l'oeuvre et éclairante sur l'histoire de l'art qui l'environne. Car non seulement elle explicite passé et présent, mais elle ouvre sur l'avenir.
Ainsi d'Arman. Dans The Day After, Combustion de mobilier pris dans le bronze, il se situe à la queue de comète d'une époque d'abondance qui sent frémir une ère de menaces.
Fasciné par les désastres, cataclysmes et autres catastrophes, Arman réactualise, dans cette fiction, les oraisons funèbres, en 1938, d'Orson Welles proférant un texte de H.G. Wells à la radio, ou les prophéties d'économistes, sociologues ou écologistes avertis du gaspillage des ressources naturelles: après avoir été le visionnaire d'une société industrialisée inondée par le déferlement obscène de l'objet de série jetable et par son envers, le déchet, Arman symptomatise dans The Day After, l'acmé d'un temps où l'homme cesse d'être un enfant de l'humus pour devenir l'héritier de la pieuvre atomique. Les éléments du mobilier sont détruits par le feu, répondant ainsi aux Combustions qu'il inaugure en 1964, et pérennisées dans leur mort fragmentaire par une matière traditionnelle susceptible de traverser temps et espace. A ce titre, The Day After se trouve à la charnière entre les Inclusions de Combustions (1964) et la suite de bronzes Atlantis (1991), objets  généralement locomoteurs- simulant leur ruine par engloutissement, couverts quils sont de concrétions dun mâchefer de fonderie.
On comprend à quel point The Day After opère la synthèse du processus destructif/constructif qui sert de fil conducteur à Arman. Aussi évidentes soient-elles, ces pièces demandent à être symboliquement soclées par une plaque de métal qui les sépare du sol. Revendication ultime du sculpteur qui livre en ce geste ce qui reste de la fonction de l'objet après usage: parabole d'une transfiguration par la mort éternisée.
A bon agonisant, salut !
A Paris le 10 mai 2006


A propos de l'installation de The Day After d'Arman, dans les jardins du Palais Royal, à Paris, premier hommage officiel de la France à son grand artiste disparu le 22 octobre 2005.

N'eût-il pas été plus sobrement majestueux et plus fidèle à l'esprit d'Arman de séparer les bronzes par une plaque symbolique, sur la pierre des parvis, plutôt que de les socler par une estrade à mi-corps du public? On eût ainsi priorisé la puissance du foudroiement sur la théâtralisation mortuaire.

Le "dégagement multiple",  (pour évoquer un titre de Joseph Guglielmi) qui est donné à voir dans l'allée des jardins accorde, il est vrai, toute son importance à cet échantillonnage de la série The Day After (cinq pièces). Mais comment ne pas se souvenir, à cette occasion, de la superbe exposition des quinze pièces de l'ensemble, en 1993, à la Fiac, par une galerie suédoise:  GKM. Nul n'est prophète, etc...
Tita Reut, Paris le 12 mai 2006


1






A.R.M.A.N. Gazette Saturday May 20th 2006
INHERINTANCE HIGHJACK

On the 12th of May, France gave its first official homage to Arman.
The official context of the succession supposes a particular way to organise this event : having to go through the apparent universal legatee.
It seems to have been tumultuous: cancellation, postponed, lack of funds?
However, we now seeing the first result of a work which had to obey the rules for the time being:  as long as American justice has not given a ruling on it, Arman's widow appears to be unilaterally and all powered in deciding what we'll be allowed to see.

Well, we have seen.
You are going to see, we took a picture, the visit will be quick

The inheritance, as you know, is all the estate obtained through a succession.
The MORAL RIGHT on Arman's work, a right specific to Europe, to decide on whether to show or not the work, is part of the estate that has been dragged on the other side of the Atlantic.
Arman's widow is considered as in charge of this estate as long as justice has not made its way. We all know how long this may take...
This is a reason why you may have heard about us  outside this web site.
We need help to go through this time and try to avoid for our cultural inheritance, yours, ours, to end up exhausted from depending on a unique will.
We are doing everything possible to get out of this dictatorship !
1What's left with us is what's inalienable: as we possess the spiritual inheritance, we cannot be disinherited as long  as we can express ourselves.
We are vigilant to protect ourselves from any action that would aim to prevent us from continuing to talk, with you...
There will not be any capture of all this estate of ideas that each of us possess in his/her singularity and that we are tying together with all our force to be in this great solidarity in defending the Work.
I can tell you this: I meet how Arman and his work are loved.
And I take the opportunity here to thank all of those helping the process, they'll known for who this is...
Your support by our side, on this site does not count for nothing...
Keep on striving to have the site more widely known !

Now I am really happy to be able to tell you that an appointment with Mr Minister of Culture is set for the 9th of June.
It is a great breath taking its filling in air to lift the veil and achieve what ARMAN WANTED.

This site materialise the inheritance that won't be captured. Our big family by shared sensitivity will not be deprived from his legacy to us: his still living thought...
To next Saturday.



Tita Reut is the biographer designated by Arman; I have asked her to accept sharing with us
Some of what she captured.
To offer you a direct conversation on the questions concerning the course of the DAY AFTER within Arman's work.


1

Tita Reut's text
From the artist's point of view, each series he makes is a clarification of their whole « oeuvre », and, in an art historical sense, castes light upon the acts that surround it. It note only empahsises the past and present, but also the futre.

In The Day After, burnt furniture cast in bronze, Arman placed himself in the tail of a comet that shot through a period of abundance that quivered against an era of manace.

Fascinated by disasters, cataclysm and catastrophy, Arman recreates funeral prayers. In 1938, Orson Welles performed a text by H G Wells for radio, where prophosies of economists, sociologists and ecologists warn of the waste of our natural resources, after seeing an industrialised society inondated by an obscene flood of throw away mass-produced objects and all that goes with it. The rubbish Arman depicts in The Day After is the epitome of a time when man has ceesed to be a child of humus and become the inheriter of the atomic monster. The pieces of furntiure are destroyed by fire, a response to Combustions that Arman inaugurated in 1964. They they are frozen in their fragmented deaths by a traditional material that may travel both time and space. The Day After finds itelf at the bridge between Inclusions de Combustions (1964) and the suite of bronzes Atlantis (1991). Objects, mostly engines, simulating their ruin through being overwhelmed, once engulfed they become concretions of a metal chewing foundary.

On is aware at which point The Day After works through the synthesis of the destructive/constructive process used by the catalist, Arman. It is also evident that these pieces need to be symbolically framed by a metal plynth, which separates them from the ground. The sculptors ultimate revendication, which has, in this gesture, emphasised all that is left of the objects former function : a parabola of transfiguration to an eternal death.

Agonise well upon this point. Adieu!

Paris May 10th 2006


Apropos the installation of The Day After by Arman, in the gardens of the Palais Royal, in Paris. The first official hommage in France, to the artist who died on the 22nd October 2005.

Would it not have been more appropriate and more loyal to the spirit of Arman, to separate the bronzes exhibited by a symbolic plate, on the square cut stones, than to put them on a waist high stage ? We would thus have prioritised the lightening strike over morbid theatrics.

The « multiple clearing » (to evoke the title of Joseph Guglielmi) we can see, in the resonant surroundings of the gardens, is it's true, majestic in its importance, even from this sample from the series The Day After (only five pieces). However, we cannot help but remember the superb exhibition of fifteen pieces from this same series, at the FIAC in 1993 by the Swedish gallery GKM.
Tita Reut, Paris May 12th 2006

FreeCompteur.com FreeCompteur Live FreeCompteur PageRank