Samedi 10 Juin 2006

RDV avec le Monsieur Ministre de la Culture Gazette n°10

1






La Gazette A.R.M.A.N. du SAMEDI 10 JUIN 2006
RENDEZ-VOUS AVEC MONSIEUR LE MINISTRE DE LA CULTURE
English version after the french one

1A la question: "... Etes-vous un artiste américain ou un artiste français?"

Arman répond: "...En fait, je souffre de la maladie des transfuges: mon pays d'origine m'en veut quelque part et l'autre m'en veut aussi un peu. Ce n'est pas franc. Finalement j'ai toujours été fidèle à mon infidélité : des artistes comme Claes Oldenburg, né en Suède, Marisol, au Vénézuéla, Lucas Samaras en Grèce, ont coupé leur lien.
Moi, j'ai toujours gardé les miens : chaque année, je reviens en France.
Je passe au moins deux mois l'été dans le midi et un mois à Paris en hiver.
Je n'ai jamais coupé le cordon ombilical; et je crois que c'est ressenti comme ça."*

Il avait raison. C'est ressenti comme ça. Il reste bien un artiste français et la France se soucie bien aussi qu'il le reste.
Monsieur Donnedieu de Vabres nous le confirme tout à fait dans ce rendez-vous prévu pour parler de la situation que vous connaissez par ce blog interposé qui nous permet de communiquer.
J'en profite pour le remercier de notre part à tous du soin qu'il s'est engagé à prendre de la question.
Oui, la France se préoccupe et suit de près ce qui se passe.
La France n'a pas l'intention de couper le cordon et voudrait bien que les choses avancent au plus vite pour sortir du conflit qui risque d'asphyxier le souffle vital.
La France va continuer de s'en préoccuper pour suivre de près son artiste et le devenir de l'oeuvre.

Madame la veuve d'Arman et aussi ses conseillers, je m'adresse à vous pour vous dire que ce n'est pas sur nous qu'il faut s'asseoir, mais autour d'une table pour redonner de l'air...

A samedi prochain.



*(interview Daniel Abadie - Arman, 1998)

1






A.R.M.A.N. Gazette SATURDAY JUNE 10th 2006
APPOINTMENT WITH THE MINISTER OF CULTURE

1To the question: "... Are you an american artist or a french artist?"

Arman replied: "... In fact I am suffering like a defector :  my country of origin somewhere bears a grudge against me and my new found land too. It is not straightforward: Finally I have always remained loyal to my infidelity:  artists like Claes Oldenburg, born in Sweden, Marisol in Venezuela,  Lucas Samaras in Greece, have cut their bond.
Me, I always kept mine:  I come back to France each year. I spend at  least two months each summer in the South of France and one month in winter in  Paris.
I have never cut the umbilical cord, and I believe it is felt like that"*.

He was right. It is felt like that. He remained a french artist and  France is also concerned about him remaining such.
Mister Donnedieu de Vabres confirmed it during this appointment  scheduled to discuss about the situation you are aware of because of this site through which we communicate.

I take here the opportunity to thank him on behalf of all of us for the care he promised he would take on this question.
Yes, France is concerned about and watches very closely what is happening.

France has no intention to cut the bond, and would like things to progress faster to come out of a conflict which risks to  asphyxiate the vital breath.
France will keep on watching, to follow closely its artist and the suite of his work.

Mrs widow of Arman and also her counsellors, I am talking to you, to tell you that it is not on us you should be sitting but around a table, to give back some breathing space...
To next Saturday...



*(Interview Daniel Abadie - Arman 1998)
FreeCompteur.com FreeCompteur Live FreeCompteur PageRank