Samedi 24 Juin 2006

Droit de réponse Gazette n°12

1







La Gazette A.R.M.A.N. du SAMEDI 24 JUIN 2006

DROIT DE REPONSE
english version after the french one

Suite à l'article paru dans le Monde ce début de semaine, voici notre réponse diligentée par voie d'huissier auprès de qui de droit.
Quoique la droiture dans toute cette affaire ne fasse ni le fond, ni la forme...
Mais pour rendre à Arman ceux et celles qui lui appartiennent.
1   (poubelle de Jime Dine)



DROIT DE REPONSE de Madame Marion MOREAU

Je ne suis pas la seule a avoir été citée devant la Cour du Comté de New-York en validation de testament que nous contestons tous.
Sont également dans la procédure Anne LAMB-FERNANDEZ ma soeur, Madison ARMAN ma nièce et fille de mon frère décédé Yves, mon demi-frère Yves César ARMAN fils naturel de mon père Armand FERNANDEZ dit ARMAN.
Nous avons tous pris le même conseil l'un aux Etats-Unis l'autre en France.
En tant qu'« aînée », ma soeur, ma nièce et mon jeune frère, m'ont demandé d'agir en leur nom et sont tous informés et d'accord sur toutes les décisions que je peux prendre pour nous tous.

Je n'ai pas envoyé un huissier mais ma soeur et moi-même en accord avec les susvisés et étant les seuls résidents en France avons effectivement fait interdiction aux fondeurs de fondre tous objets relatifs à l'oeuvre de mon père sans que nous en soyons avertis afin d'éviter toute reproduction illicite et ce dans l'intérêt même de l'intégralité des membres de la Succession.

Concernant les affirmations de Mr Pierre NAHON que vous croyez utile de devoir reproduire, un certain nombre de précisions sont nécessaires.
Mr Pierre NAHON a visiblement omis de vous indiquer qu'en 1993 son contrat d'exclusivité avec mon père n'a pas été reconduit par ce dernier.
Mon père a à ce moment-là consenti à la société LMA SA, dont mon mari Mr Marc MOREAU est devenu le directeur, le contrat dont Mr NAHON était avant bénéficiaire.
Nous n'avons jamais reçu de pension de mon père ni directement ni par l'intermédiaire de Mr NAHON.

Une telle pension si elle avait existé, serait apparue dans la comptabilité tenue par Mr NAHON.
Lorsque mon père a demandé l'audit de cette comptabilité, celle-ci n'a pu être présentée car réputée détruite dans un incendie.

Je me pose la question avec ma soeur et les autres héritiers que je représente, de l'intérêt de Mr NAHON d'accorder de telles interviews et de tenir de tels propos.




Serait-ce pour permettre à ce dernier de reprendre la place auprès de Mme Corice ARMAN que notre père n'entendait plus lui accorder ?
Je ne veux le croire.

Encore qu'il faille bien croire, pourtant, que l'affirmation de Monsieur Pierre Nahon dans ce film dont il est le héros (film qui fait la fierté de la profession...), où il énonce qu'Arman aurait dû mourir en 1965, relève d'un goût douteux.
Ce qui me prête à penser que notre père n'a pas eu tort de prendre la précaution de nous faire grandir dans cette vigilance d'une exigence qu'il dénonçait: "le mauvais goût mène au crime".
A samedi prochain.


1








A.R.M.A.N. Gazette SATURDAY JUNE 24th 2006

RIGHT TO REPLY
Following up on the article published in "Le Monde" at the beginning of the week, here is our right for a reply delivered through a bailiff to whom it concerns.
However uprightness in this all matter is  neither in the content nor in the form...
But let us to give back to Arman those who belong to him.

1(Jim Dine's refuse)





RIGHT TO REPLY from Ms Marion MOREAU

I was not the only one to be cited in front of New York Surrogate court to probate the will that we ALL contest.
In this contest proceedings are also Anne FERNANDEZ my sister, Madison ARMAN my niece and daughter of my deceased brother Yves and my half-brother Yves César ARMAN the natural son of my father Armand FERNANDEZ also known as  (a.k.a.) ARMAN.
The same counsellors represent us all, one in the United States, one in France.
As being the oldest one, my sister, my niece and my young brother have asked me to act on their behalf and they all are informed on and in agreement with all the decisions I may have to make on behalf of all of us.

I did not send any bailiff but my sister and myself, in agreement in agreement with the above and being the only ones to reside in France have indeed forbidden the founders to found any object relating to the work of my father without us being first asked and notified in order to avoid any illegal reproduction and this in the best interest of the whole members of beneficiaries in the succession.
 
Concerning the claims from Mr P Pierre NAHON that you though must be useful to reproduce, a number of precisions are required.
Mr Pierre NAHON must have omitted to indicate that in 1993, my father has not renewed his exclusivity contract with him.
My father has at that time taken with the company LMA SA directed by my husband Mr Marc MOREAU, the contract for which the previous beneficiary was Mr NAHON.
We have never received any pension from my father neither directly nor through Mr NAHON.

Such a pension if it existed would appear in the accountancy held by Mr NAHON.
When my father has asked for an audit of this accountancy, it could not be presented because it was said destroyed in a fire.

I am asking the question together with my sister and all the heirs I represent, of the reason for Mr. Nahon to give such an interview and say such things.




Could it be to recover by Corice ARMAN's side the position that our father no longer intended to grant him?
I would rather not think so.

And yet one has to admit that, in the film in which Mr Pierre Nahon was the hero (a film that made all art dealers so proud...), his declaration claiming that Arman should have died in 1965 was not of the best taste.
This leads me to think that our father was right to make sure he was bringing us up in the vigilance of this requirement he denounced: "Bad taste leads to crime".
To next Saturday.




Commentaires
Juste pour faire savoir qu'on suit toujours.....
Nous sommes dans l'ombre mais la relève est là!


c'est avec attention que je m'informe de tous vos tracas, chaque semaine. Juste pour dire que le coup de l'incendie cela marche toujours. A titre d'info, dans  ma boîte, toutes les archives de 30 ans ont brulées il y a  6 ans.  Et  bien c'est bien pratique ma foi... après tout, jeter des documents dans la cheminée, c'est quelque part des documents qui ont disparus dans un incendie...
c'est tres bien dit Marion, je n'en dirai pas autant de Mr nahon car je demande encore pourquoi tenir de tels propos.
Nous ne le montrons peut etre pas assez des fois mais nous sommes concernes.
(desole pour les accents j'ai un clavier qwerty)
une des nombreuses petites filles.
FreeCompteur.com FreeCompteur Live FreeCompteur PageRank