Samedi 16 Décembre 2006

Délit d'initié

1







La Gazette A.R.M.A.N. du SAMEDI 16 DECEMBRE 2006
        A.R.M.A.N. Gazette SATURDAY DECEMBER 16th 2006

ny

DÉLIT D'INITIÉ
INSIDER TRADING

money
Le processus judiciaire est en cours et suit la logique de son déroulement.
À ce jour, le TRIBUNAL de NEW-YORK a enregistré nos oppositions au document de montage du "Trust".
Un "Trust", ce n'est rien d'autre qu'une entité financière légale qui détient et gère des biens.
Ce trust figure ce qui nous a été présenté comme étant les dernières volontés de notre père: où sa veuve officielle se trouverait l'unique "trustee" qui donc détient et gère tous les biens et l'oeuvre d'ARMAN de part et d'autre de l'Atlantique.
Couronnement d'une investiture totalitaire qui assure l'avenir de l'oeuvre par défaut: si la deuxième épouse d'Arman venait à disparaître, c'est le médecin américain qui a traité ARMAN qui récupère l'investiture, celui-là même qui fait l'objet d'une plainte pour négligence médicale, plainte menée "au nom du patrimoine" par la veuve officielle...
Pour ce qui concerne les "bénéficiaires", les deux enfants du deuxième lit, puis dans l'ordre toute la famille de la deuxième épouse.
Je ne relis pas les papiers, mais en gros si tout le monde venait à se perdre d'un cataclysme qui verrait la fin d'une dizaine de personnes dont la cousine me semble-t-il pour ne pas l'oublier, tout cela n'étant absolument pas souhaitable bien évidement, Madison, fille de Yves, Anne, moi-même : enfants du premier lit arriverions en touche.
Quant au petit dernier d'un troisième lit, comme un lapsus qui se déclinerait sans faillir, il n'existe absolument pas.
Sans commentaires...

  The legal process is in hand and follows the logic of its unfolding.
To date, the COURT of NEW YORK has accepted our petition objecting to the documents constituting the “Trust”.
A Trust represents no more than a legal entity that holds and administers assets.

This trust was presented to us as being the last will of our father: where his official widow would be the unique trustee who holds and administers all of his assets and his work on both sides of the Atlantic.
Crowning of a totalitarian nomination which ensures the future of the work by default: if the second wife of Arman was to suddenly disappear, the american practitioner who "took care" of ARMAN's health would take over the role, the very same one who is a defendant in the complaint for medical malpractice filed for the estate by the official widow...
And as “beneficiaries” of the trust: the two children of the second marriage and then all the family of the second wife.
I am not re-checking the papers, but if everybody was to be suddenly lost in a cataclysm which would see the end of lots of people, a very undesirable scenario, Yves's daughter Madison, Anne and myself: children of the first marriage would eventually be named.

As for the little last one from a third bed, like a lapse that would keep on without failing, he absolutly does not exist.
No comment…
moneyqueen
La justice suit son cours et devra se formuler sur la validité de ce document.
Les "Oppositions" en soixante-dix points font résultat des enquêtes menées avec interrogatoires enregistrés sous serment d'un processus dit de "Discovery" et particulier à la justice du pays.
Pour donner à voir le parcours qui n'est pas chemin de Compostelle mais explicite à comprendre comment on en est arrivé là.
L'ultime dernier pas sera constitué par l'arrivée au procès qui fera trace de la violence et de la dureté de l'histoire de la succession ARMAN.
OUI, c'est certain : il aurait mieux valu ne pas avoir à en arriver là.

Surtout qu'en la circonstance, il y a de la place pour tout le monde et sans problèmes sous ces cieux...

Mais malgré les affirmations d'un hypothétique désir de négociation(?) tout indique qu'il faille aller jusqu'à la mise en cause juridique du document.
Et faire l'autopsie du corps du délit.
Élément qui doit faire la trace bien matérielle de l'infraction et sert à la constater.

Nous avons fait choix de porter l'information au dehors depuis des mois, en subissant les pressions de part et d'autre, dans l'interrogation incrédule quant à nos motivations jusqu'à les qualifier de mercantiles dans un hallucinant renversement des rôles.
Puisque ceux qui se trouvent spoliés jusqu'à nos droits identitaires, c'est nous...
Le délit n'est pas de notre bord sauf notre détermination à l'initiation: nous faisons acte depuis tout ce temps de notre volonté au quotidien et contre vent et marées d'admettre tous à la connaissance.

Et le privilège de nos informations se déploie dans la logique de notre éducation: vers tout le monde.

ARMAN revendiquait l'appartenance en chacun d'un coin de paradis lorsqu'on sait son rapport à la CRÉATION.
"Nous sommes tous des artistes, sinon il n'y aurait pas de public".
Reconnaissance pour chacun et tous du partage du trésor.
Nos secrets encastrés dans cette filiation "ARMAN", nous avons décidé d'en faire instruction.
Ces informations privilégiées ne feront ainsi l'objet d'aucun détournement susceptible de privilégier des opérations financières qui voudraient se réaliser avant que le public n'en ait connaissance.
A samedi prochain.
  Justice follows its course and will have to decide on the validity of this document.
The “objections” developed in seventy points result from the survey carried out with examinations of witnesses recorded under oath in a process known as “Discovery” specific to the justice of United States.
This enables to see the course of what is not the road to Compostelle but helps to understand how we could get to this point.
The last step will be going to trial and this will make trace of the violence and hardness of the story of ARMAN's succession.
YES, there are no doubts: it would have been better not to have to go this far.

Especially since in the circumstances, there was space for everyone and without problems under these heavens…

In spite of the assertions of a hypothetical wish to negotiate (?) everything shows that we have to follow the legal route and call into question the "documents".
And autopsy the "corpus delicti".
With all the elements to provide the material proof of the offense and be used to ascribe it.

Months ago we have chosen to carry the information outside thereby undergoing pressures from all sides, in the disbelieving question as to our motivations to the point of qualifying them as mercenary in a staggering reversal of roles.
As it stands we are the ones who are despoiled even of our identity rights…
The crime is not from our side except for our determination to provide insight: during all this time we have been making clear our will to provide day by day and against winds and tides, all outsiders with the knowledge of what is going on.

And "privileged information" is diffused with the logic of our education: to everyone.

ARMAN asserted that everybody is entitled a piece of paradise, a statement made clear in his relation to CREATION.
“We are all artists, otherwise there would be no public”. Acknowledgment for each and all of us of the sharing of the treasure.
We have made the decision to disclose the secrets recessed in the filiation “ARMAN”.
Thus this -no longer privileged- information will not be subject to any diversion likely to privilege financial transactions that could be carried out before the public is informed of it.
To next Saturday.
FreeCompteur.com FreeCompteur Live FreeCompteur PageRank